Essai philosophique par Osumba David réalisé en 0ctobre 1999 et écrit en une soirée dans sa version non corrigée, vous trouverez ci-dessous la version de mai 2002 relue completée et corrigée de ce même essai.


L'avis après la mort.

A) But de l'exposé :

Essayer d'expliquer ce qui arrive après la mort, que devient notre corps, notre âme ? Quelle est la différence entre l'âme et l'esprit ?

Est-il possible de concevoir qu'après notre mort, seule notre âme, sans notre corps, puisse voguer quelque part... et réfléchir en continu, ou bien l'âme ne se conçoit-elle que par rapport à un corps ?

Peut-on penser sans enveloppe corporelle qui nous donne matière à penser, notre corps, ce récepteur de sensations.

Bref, cela revient à se demander si on peut penser sans sensations ?

Vous êtes invités à y répondre par vous même avant de lire ce texte, histoire d'avoir un esprit critique développé avant la lecture de l'exposé.

B) Point de vue :

L'Homme est pour sûr composé de deux "choses" ; l'une matérielle (le corps), l'autre immatérielle (le spirituel).

Pouvons-nous vraiment être sûr de cette affirmation ?

Ce qui est sûr, c'est que chacun de nous a cette sensation, nous avons le sentiment qu'il existe une matérialité et une immatérialité. On peut donc affirmer au moins que ces sensations existent, et donc que les sensations existent.

Ces sensations réelles sont captées par la "chose" que l'on nomme "corps". Ce corps est pour nous un objet solide volumineux, enfin du moins, on à cette sensation. Le corps est donc un récepteur sensitif, on s'en tiendra là puisqu' aucune matérialité n'est prouvée..., j'entend par matérialité, le fait que la matière existe, en dehors de notre perception, c'est à dire que la matière a une existence propre ne dépendant pas de nous.

Maintenant que nous sommes sûr qu'au moins les sensations existent, il faut bien un être, un esprit, quelqu'un, quelque chose pour gérer ces sensations, une sensation n'as de sens que par rapport à une chose, on parlera donc d' "esprit" pour exprimer cette chose que nous sommes, qui gère ces sensations, j'entend "gérer" dans le sens prendre acte d'une sensation, pouvoir distinguer, définir, différentier une ou plusieurs sensations.

Qu'en est-il de l'âme ?

L'âme elle, serait une partie de l'esprit, qui vas donner sens, significations, définitions et personnalité à tous ces percepts (sensations via le corps). L'âme serait le coté original de l'esprit. De façon métaphorique on pourrait dire que l'âme serait un colorant dans une coupe de bonbons, colorants qui font la différence et qui donnent le goût si particulier à chacun des bonbons.

C) Qu'as-t-on besoin pour être ?

Incontestablement, Il faut de la matière et/ou de l' "esprit" (sensations, changement d'état, affects, percepts) , du matériel et/ou de l immatériel, donc un verre "Est" puisqu'il est fait de ce que l'on appelle "matière", un bruit "Est" puisqu'il évoque en nous des sensations, réactions. Aux partisans des mondes parallèles et des fantômes, on peut donc dire qu'un fantôme, peut "Etre" si on en a la sensation, on aura au moins la sensation qu'il Est. Le fantôme "Est" de façon directement proportionnel à la réalité de la sensation, bref, le fantôme "Est" pour ceux qui en ont la sensation. Cela revient à dire qu'un rêve "Est", j'utilise la dénomination "Est" pour dire "réel". C qui revient à dire que toute pensée est réelle sans pour autant que l'objet même de cette pensée soit réel. Nous donnons donc réalité (vie) à tout ce que l'on pense à tout ce qui nous entoure, certaines de ces choses sont matérielles d'autres sont immatérielles.
Nous faisons donc exister nos rêves, nous faisons exister tous les objets qui nous entourent sans forcément que leur existence (leur "Etre", leur réalité) soit prouvée.
S'il est aisé de dire qu'une chose matérielle existe réellement pour nous, il n'en est pas de même pour ces choses immatérielles que sont les rêves, les sensations, l'esprit.


Maintenant faut-il encore savoir si cet esprit et/ou ce corps peuvent Etre (vivre, exister, fonctionner) sans sensations ?

Pour essayer de répondre à la question, j'ai choisis le moment le plus inerte de la vie de tous les jours d'un être a savoir : le sommeil.

Moment ou le corps ne bouge presque plus, l'esprit semble a ce moment seul à rêver, à entretenir la vie du corps (fonction respiratoire etc.) à ce moment on dirais que l'âme vit seul sans le corps, mais le corps est bien là, puisque notre esprit à dans sa fonction même de l'entretenir…

D) Que se passe-t-il lorsque l'on rêve ?

Qu'en est-il de notre esprit lorsque nous nous endormons ?

Certes nous rêvons, c'est à dire que notre âme joue des symboles perçus, (mémorisés, des sensations accumulées depuis la naissance) par l'expérience, pour faire absolument tout ce que notre âme veut, sans contraintes, c'est la récréation, l'âme réarrange tous les percepts (sensations) à sa guise, les mélanges, les combines, les compares, c'est le langage profond de notre âme qui s'exprime sans restrictions ni retenue. Ce langage particulier se passe en nous, mais un langage n'est il pas sensé se faire entre deux instances ? Nous et ?

D'abord qui est " Nous " ? Nous c'est notre âme, (notre corps dort toujours), parlons nous alors a ce tas de chair inerte ? ou bien parlons nous à une autre dimension ? Le choix le plus logique serais de se dire que comme un corps sans âme ne pense pas, reste une seule personne à qui parler, c'est cette immatérialité, nous communiquons d'un langage inconnu avec notre esprit.

Le souvenir de sensations serait donc suffisant pour vivre (Etre) sans corps, pour exister sans corps, pour communiquer avec l'esprit ?

Pour beaucoup de gens lorsqu'ils pensent ils ont la sensation que leur pensées sont un amas globuleux matérialisé par le cerveau, on situe donc de façon instinctive notre esprit et nos pensées à un lieux précis: dans cet amas globuleux. Mais en réalité, l'esprit est ontologiquement immatériel, et n'est donc nulle part, il n'as pas de masse, votre esprit est situé autant dans l'espace le plus lointain que sur vous autour de vous en vous, il n'as pas de lieux, il faut vraiment se mettre en tête qu'un esprit n'as pas de lieux, il ne gravite pas autour de vous, de façon métaphorique, Internet n'est pas situé dans votre ordinateur, mais Internet est un mot qui représente un réseau, réseau auquel vous êtes peut-être parfois connectés, mais lorsque votre ordinateur est déconnecté du réseau, Internet existe toujours, votre connexion personnelle n'a juste plus accès à ce réseau, jusqu à ce que vous décidiez de vous y reconnecté.

Il nous suffirait donc de rêver notre corps pour qu'il existe ?

Nous avons vu que l'âme dans le cadre du rêve, réarrange, transforme, combine, restitue les sensations, mais est il possible lorsque nous avons enregistré ces sensations dans notre bibliothèque de sensations de créer de nouvelles sensations ?

Si nous arrivons a prouver ceci, cela signifie, qu'une âme peut se développer et grandir (augmenter la bibliothèque de sensations) sans l'appuis du récepteur de sensation qu'est le corps. L'âme pourrait donc par exemple imaginer un autre monde et ne plus jamais se réveiller, combinant à l'infini les sensations perçues jusque là. Dans ce cadre, plus les sensations seraient nombreuses profondes intenses, plus les potentialités de combiner et de recréer à partir du perçu seraient grande, plus on aurait la possibilité et l'imagination de se créer son petit monde propre, basé sur notre bibliothèque de sensations.

E) Le battement de notre cœur est il directement lié à l'existence de notre esprit ?

Le battement de notre cœur (prise de la connexion Internet) a pour but d'entretenir, de se rendre compte, de voir le bon fonctionnement et d'alimenter notre super récepteur (d'avoir accès à Internet), après avoir perçu, le récepteur a aussi une centrale qui gère et émet les percepts à cet âme qui comme peu de gens y pense se trouve… partout et nulle part... Qu'est le cerveau ?

Il ne faut pas confondre cerveau et âme, le cerveau est comme toute chose organique un objet (un ordinateur connecté ou non à Internet), quelque chose qui supporte, en aucun cas cette matière ne fais des calcul, ou ne réfléchis, le cerveau est un médiateur entre l'âme et les perceptions reçue, on peut le comparer a un transformateur, qui transforme les sensations perçues en ondes… ou en âme…en cette chose impalpable, invisible, situé nulle part et partout. Le cerveau est donc un simple convertisseur d'un langage à un autre, il perçoit de l'information et en transmet (download et upload)... notre cerveau serait une connexion Internet, qui permet de décoder, lire et de définir les sensations qui nous parviennent (du réseau Internet). Le cerveau définit ces sensations à notre âme (un logiciel sur l'ordinateur). De façon métaphorique on pourrait dire que chacun dispose d'un logiciel vide (a la naissance) qui se remplis d'informations reçues (perçues) par notre ordinateur, par notre connexion internet. windows = fenêtre sur le réseau le monde Notre cerveau serait donc un ordinateur avec windows connecté à internet, où l'ordinateur serait l'esprit, windows serait une "fenêtre" de l'esprit soit l'âme (notre gros logiciel de sensation) et la connexion à Internet serait la connexion au monde, au grand réseau des sensations. Avec une telle image comparative, chacun aurait le droit ou pas de se connecter à l'Internet (au monde), aussi longtemps qu'il le veut...

Au pire, si le cerveau (l'ordinateur) n'est plus, les transformations (perceptions et émissions du cerveau) n'auront plus lieu, la connexion récepteur (avec émetteur) et âme ne sera plus établie (plus d'accès à Internet), cela signifie que l'âme existe bien en dehors du corps, mais cette âme est-elle viable sans cette connexion ? Bref, si on est plus connecté à Internet, peut on encore agir sur Internet ?

Deux solutions s'offrent alors à nous :

Soit l'âme continue a vivre dans le néant, il pense tout seul il voit des choses il s'imagine et vis réellement en s'inventant des personnages, en se démultipliant, ou en inventant encore d'autres vies… (On fait comme si on était sur Internet, et on crée un nouveau réseau Internet avec tout ce dont on se souviens lorsqu'on avait encore notre connexion... on essaye de restituer et de créer un monde avec comme seuls outils notre mémoire de tout ce qu on a perçu sur le net..., donc selon qu'on ai beaucoup surfé ou non, on rétablira bien ou mal, précisément ou non tous ses souvenirs...) On créerais ainsi un monde parallèle à Internet... une branche qui se développerais toute seule...

Soit l'âme disparaît totalement, et est effacée à jamais, mais si c'est le cas, cela implique que cette âme soit apparue… apparue d'ou ? de l'esprit ? de quel esprit ?

Mais alors à quel moment lorsque notre être est apparu ? Cette âme s'est elle connectée? Y a-t-il eu un tilt! ? Une connexion s'est elle faites soudainement ?

D'ou viens ce premier tilt ?

Et s'il n'y avait pas de tilt ?

Dans ce cas cela voudrais dire que notre âme part de zéro, et qu'on arrive a une âme qui, de mieux en mieux pense, gère les sensations.

A quoi pense un fœtus ? il n'as vécu depuis sa création que des sensations, vivre c'est donc bien ressentir des sensations, et jouer de ces sensations.

Mais pourtant le fœtus grandit son corps gonfle, son esprit le fait respirer…

Dans un tel cas, ce fœtus rêve-t-il de ces sensations ?

En tous cas la différence entre le rêve et la réalité pour un fœtus est quasi nulle, l'état de développement de son esprit ne lui permet pas de différencier rêve et réalité, c'est uniquement l'expérience que ce fœtus vas avoir, qui vas lui dire que sans doute il ne rêve pas. C'est donc depuis des millénaires que nous croyons ne pas rêver, mais n'oublions pas qu'au départ c'est nous qui avons décider cela, ce n'étais pas un fait établit, c'est une idée qui nous vient de notre expérience, de notre développement mental, si nous avions arrêté de grandir mentalement et que nous serions bloqué au niveau mental d'un fœtus, la vie serais beaucoup plus simple…, en effet, plus notre mental se développe, plus nous compliquons notre existence, nous en sommes arrivé a créé de la matière (imaginaire ?) et à croire que nous sommes des individus…

Cela est une vue "avocat du diable", puisque dans notre système de pensée se remettre en question serait absurde, il est donc inconcevable pour nous de ne pas être, tout ce qu'on voit est vrais, la matière est vrais puisque je la touche et je la vois !!! mais nous ne pensons déjà plus à ce moment que voir, toucher, sentir, ne sont autres que des sensations, ces sensations comme nous l'avons vu, nous permettent d'imaginer tout ce que l'ont veut, imaginer notre vie, pourquoi pas ?

Où voulais-je en venir ?

Le but est de se rendre compte que seul les sensations existent, et que tout le reste, n'est que pure spéculation intellectuelle, et nous l'avons vu, plus ces sensations sont nombreuses et développées plus l'esprit disjoncte et s'éparpille dans un imaginaire qu'il juge de plus en plus réel, car de plus en plus précis (sensation plus nombreuses et plus réfléchies).

L'esprit (ordinateur) se développe donc grâce a une bibliothèque de sensations de plus en plus grande reçues par le corps (windows) et gérer par l'âme.

Si nous perdons notre corps, on ne reçoit plus de sensations, mais la bibliothèque reste, l'âme (qui est la traduction de la bibliothèque) reste forcément aussi. Elles restent c'est à dire qu'elles ou qu'ils ont existé, ils ont fait partie du monde, le monde à été marqué par notre passage (notre connexion à Internet à été établie une fois au moins). Nous avons influencé le déroulement du monde par notre présence, nous avons expérimenté le monde.

Cela revient à dire que dès qu'on a eu la moindre sensation, notre âme est condamnée à exister éternellement ?

Pourrions nous nous imaginer nous endormir, et ne jamais se réveiller, nous ne vivrions que du souvenir de notre vécu (la bibliothèque de percepts) enregistré…

Cela est possible à une seule condition, c'est que notre esprit puisse créer, inventer de la sensation nouvelle, puisque dès lors il y a un développement possible grâce a cette véritable création via les combinaisons.

Cela n'est plus possible si l'âme ne fais plus que machinalement utiliser et recomposer avec du prémaché, car à force et à perte de mémoire cet âme finirait par épuiser sa bibliothèque, en égarant ses livres qui ne sont autres que les souvenirs de sensations…

Dans ce cas une telle vie spirituelle, serait machinale, et n'aurais plus rien de personnel, puisque la personnalité est le propre de l'âme celle-ci finirais par s'éteindre ou du moins stagner, fin étrange pour une âme aussi puissante… fin est le bon mot puisqu'il n'y aurais effectivement plus d'avancée, on peut comparer cette fin a la mort de notre âme.

F) L'âme peut-elle donc inventer, créer sans le corps ?

Créer du nouveau, de l'inédit certes, avec des éléments anciens, reconstitués (ceci peut être comparé a un travail machinal, peut être hasardeux), mais inventer… ?

Pourquoi pas ? Quelle différence après tout avec la vie réelle ? Avons-nous besoin que notre corps fonctionne pour réfléchir ou inventer des choses? Non !

On peut inventer en étant inerte, le cœur est un propulseur de sensations que le cerveau transforme en énergie a notre esprit, et que notre âme interprète.

As-t-on besoin de l'énergie de ce corps pour penser justement ?

On peut le croire si on envisage ceux qui ont des problèmes de concentrations et de réflexions suite a un manque de fer ou de nourriture…

Mais en réfléchissant bien, ces troubles ne sont que mentaux, puisque le cœur ne change pas de rythme, le cœur et la vie du corps ne dépendent donc pas du fait que l'on pense ou non, les maux qui nous arrivent sont encore des sensations d'alertes, mais ces sensations sont toujours aussi vives, ces sensations d'alertes vous annoncent que votre corps va être déconnecté, et cela peut créer des sensations qui nous sont étrangère, puisque très rarement rencontrées par notre âme, la peur de plus avoir notre corps auquel ont tiens tant puisque c'est lui qui nous offres les sensations…, le corps dans ce cas serais donc un tremplin pour la vie éternelle, un début de bibliothèque, qui par après vas se développer seul comme un grand, notre corps est ici comparé a un cordon ombilicale et a une mère, quel bébé ne pleure ou ne s'inquiète pas lorsqu'on le sépare de sa mère ? Telle est le cri que pousse notre âme, et telles sont les sensations que l'on ressent à l'arrivée de cette séparation âme - corps lors de la mort.

Le corps serait donc juste de l'expérience sensationnelle.

G) Qu'est-ce que l'esprit ?

L'esprit de chaque personne le dépasse, le corps et les sensations ne font développer que notre âme, l'esprit lui il est là, il est grand, notre âme c'est nous, notre personnalité nos choix, l'esprit est peut-être le même en chacun de nous, pas notre âme (d'ou les expressions comme "l'esprit de groupe") .

Et si l'esprit c'était ce que certains appellent "Dieu", puisque nous avons peut être tous le même esprit ? (relisez ce texte changez partout le mot esprit par Dieu, et remarquez qu'il n'y a pas de contradictions ).

Si c'est ainsi, l'âme serait alors une vision (fenêtre, partie, membrane, yeux) de l'esprit.

Cet esprit commun à tout le monde (chacun y est connecté) on peut le situer au même endroit pour tout le monde, on peut dire qu'il ne fait qu'un, l'esprit englobe nos âmes remplies de sensations expliquées, filtrée, décrypté, interprétées, captée par le corps.

Donc, une fois le corps parti, reste les sensations et l'âme qui les gères, mais l'âme fonctionne grâce à l'esprit (car celui ci l'englobe) il suffit donc de prouver que l'esprit n'est pas en relation de dépendance moteur avec le corps, pour pouvoir dire que notre âme ne mourra jamais (puisqu'elle est à jamais dans la mémoire de cet esprit).

Un bébé aurait donc le même esprit qu'un adulte, avec une autre âme. L'esprit n'apparaîtrait donc pas, mais serait partout tout le temps, seule l'âme apparaîtrait, ainsi, un arbre aurait un esprit, mais une âme très particulière (personnelle).

Le monde serait donc un tas d'âmes connectées à UN esprit, ces âmes se côtoieraient, se rencontreraient?, et se développeraient pour développer cet Esprit, plus les âmes seraient nombreuses plus l'esprit serait développé (inconsciemment) peut-être comparable à l'imaginaire collectif, l'expérience collective ?.

H) Que devient l'âme après la mort ?

Prenons le plus expressif des exemples : un bébé mort-né, son âme pauvre de quelques sensations perçues par son petit corps dans le ventre de sa mère.

Son âme va-t-elle évoluer seule sans aucun éléments (expérience, sensations, contenu sensitif) réel de développement ?

Son âme va-t-elle disparaître à tout jamais (par manque de matériel expérimental et par dépérissement)?

L'âme est-elle elle-même une expérience de l'esprit, un récepteur de l'esprit ?

Si oui, ce bébé sera l'une des nombreuses expériences de l'Esprit, qui à servit à enrichir l'esprit par l'expérience que la mère a subit via la perte de l'enfant surtout.

Bref, cet enfant mort-né à créé des sensations de tristesse pour la mère... sensations qui ont enrichit l'esprit.

I) Conclusion :

Mais alors cet esprit qui paraît si immense, qui serait en contact avec toutes les âmes, toutes les expériences, doit-il être appelé Dieu ? Ou Diable ?

Il semble indispensable de se séparer de cette idée que nous avons en nous d'un Dieu gentil, aimable, merveilleux, le meilleur du monde, car cet esprit n'est autre que Nous, Nous en tant que Je, et en tant que Vous, l'esprit serait celui du monde, il évoluerais, on évoluerais, Nous, tout le monde, ensemble!.

Finalement chacun d'entre nous fait partie quelque part de l'autre (esprit commun),

Bref, cette petite âme n'existe plus toute seule, par sa seule réflexion, elle tombe dans l'expérience de l'esprit.

Pour illustrer cela, pensons aux rêves, d'un coup ils se terminent, brusquement ou pas... en tous cas, ils s'arrêtent (meurent).

Mais que deviennent ces rêves à moitié terminés (comparable à l'enfant mort-né) ?

En ce qui concerne les rêves ils deviennent de bons ou de mauvais souvenirs, des expériences, dures ou belles, que l'on regrette parfois de devoir quitter, ces rêves deviennent des souvenirs, des sensations, de l'expérience, mais au fond, la vraie vie, c'est elle qui nous donne goût à ces rêves (sensations, souvenirs), et donc la vie réelle a quand même plus de goût que les rêves (l'esprit serait la vraie vie donc) …

Et si plus haut (autre dimension) notre esprit était mieux que le rêve que nous vivons tous (mieux que l'âme) ?

Et si cet esprit c'était nous ? Enfin Nous… ?

Sil en est ainsi, il suffit d'avoir confiance en nous après la mort, puisque nous c'est Nous, c'est l'Homme, c'est Dieu, et Dieu peut tout, il fait ce qu'il veut...

Peut-être alors que chacun ira réellement où il veut après la mort de son corps, hé oui, le rêve !!

END